Pandémie 2020

Chronologie des évènements 

Le 17 novembre 2019, le patient zéro, un homme âgé de 55 ans, déclare la maladie en Chine. Le 21 décembre, ils réalisent qu’ils sont en présence d’un agent pathogène respiratoire. Le 24 janvier 2020, les trois premiers cas en France sont annoncés et le 15 février, le premier décès dû au coronavirus a lieu en France. 

Depuis, de nombreuses mesures ont été prises de par le monde. Les populations sont progressivement confinées afin d’éviter la propagation du virus, qui se fait à la vitesse de la mondialisation. Car il s’agit bien de cela : toutes les parties du monde sont impactées. L’humain n’a laissé aucun territoire vierge et le virus va là où l’homme se trouve. 

Année 2020 : année de la pandémie

Si nous regardons le thème du 1er janvier 2020, nous indiquant l’ambiance de l’année à venir sur le plan social, beaucoup de choses nous frappent. Sur un thème mondial, la Lune représente le peuple. Remarquez qu’ici, la Lune est dans les bras de Neptune, sur le 16ème degré du Poissons. Ces deux planètes forment ensemble un aspect en pointillés rouges, qui est un demi-carré, à Uranus en Taureau. Il s’agit d’un aspect non conscientisé, que l’on ne voit pas venir, mais qui est pourtant bien agissant. 

La pandémie que nous vivons touche le peuple et a des conséquences sur l’ensemble du fonctionnement de l’humanité. Il n’est pas difficile de l’identifier ici : elle est représentée par Neptune, le Poissons étant l’hôpital. Le demi-carré Uranus Neptune nous parle d’un séisme suivi d’un tsunami. Nous vivons tout cela désormais dans notre quotidien : le virus est comme un séisme qui ébranle le monde et le tsunami viral qui s’en suit provoque des dégâts particulièrement importants dont nous n’entrevoyons encore qu’une petite partie de l’étendue.  

Ce sont des planètes lourdes qui se sont invitées pour répandre ce virus. Sur le plan mondial, nous avons donc quelque chose à y comprendre. Elles sont lentes et mettent en place leur plan progressivement, revenant par vagues vérifier que nous avons bien compris leur message.

Tout d’abord, le 16ème degré du Poissons : 

Image symbolique du 16ème degré du Poissons

Étrange n’est-ce pas ? Cette mère qui protège ses petits, est ce que nous vivons en raison du confinement : restons chez nous. Apprenons à contrôler ce besoin incroyable de courir les magasins pour satisfaire la recherche de plaisirs, de nouveautés, pour essayer de nous fondre dans la masse ou au contraire fuir de nous-même. C’est que nous disent ces trois planètes. Uranus et Neptune vous annoncent une crise, réelle, longue et pas imaginaire. Non pas que le coronavirus résistera des mois durant, mais les conséquences en découlant représenteront une vraie crise sociétale. 

Les institutions doivent évoluer

Pendant que le virus attire notre regard, Pluton continue de remettre en cause nos institutions dans le signe du Capricorne. Il y transite déjà depuis quelques années et nous avons assisté à des bouleversements dans un certain nombre de pays. A présent, aucun pays n’est à l’abri. Toutes les parcelles de terre où l’humain est présent, où il a imposé sa loi en dépit des occupants précédents, seront touchées par cette nécessité de changement. Il ne s’agit pas d’un retour en arrière mais d’une avancée vers un avenir juste, dans l’esprit de partage et de respect. Nous en sommes encore loin, d’où l’urgence de la situation.

Le peuple est descendu dans la rue pour dire son mécontentement. Chacun a ses raisons, différentes selon son âge, sa culture, son métier, son lieu de vie… Mais fort est de constater que beaucoup sont insatisfaits de leur sort. Le système, quel qu’il soit, a enfermé chacun dans un mode de vie dont il est très difficile de sortir. Ceux qui essayent sont qualifiés de “marginaux” avec souvent du dédain dans la voix. Pourtant, la marginalité est la première expérience de la liberté individuelle.

Les gouvernements ont tenté de calmer les esprits, ou dans certains cas, ont tout simplement nié l’appel de son peuple en regardant ailleurs, voire en prenant des mesures de plus en plus liberticides. Mais les esprits se sont échauffés, l’humanité doit évoluer. L’impression d’étouffement se fait de plus en plus prégnante. Les structures ne sont plus adaptées au mode de vie que l’humanité souhaite adopter. Elles sont adaptées à un autre temps, une autre époque, aujourd’hui révolue. Nous entrons dans l’Ère du Verseau, avec fracas comme le signe. Il faut s’attendre à des réticences autant que des freins. Mais la vague avance, inexorablement pour un mieux-être, un mieux vivre ensemble.

Métro, boulot, dodo…

Mais d’où peut venir cette évolution ? Il n’est pas difficile de comprendre que si l’on observe la vie d’une personne née en France, mais cela peut s’appliquer dans bien d’autres pays, le chemin est tracé : naissance dans une famille, éducation, scolarité, choix d’un métier, construction d’une famille à son tour, travail, et…. C’est tout. Ce qui a été oublié dans ce chemin tout tracé, c’est le bonheur. Où est sa place ? Alors, nous regardons en arrière et ne comprenons pas ce qui a pu déraper au point de nous faire douter de l’utilité de notre existence. 

Et voilà que cette période de confinement nous ramène à l’essentiel. Il est étrange de constater que les personnes qui sortent dans les rues malgré l’interdiction ne souhaitent pas se rendre à leur travail, mais faire du sport, se promener, se dégourdir. En un mot : Vivre. Certes, les finances qui découlent de l’activité professionnelle vont manquer et une solution devra être trouvée. Mais le fait de se lever tôt le matin, se jeter dans les transports, et effectuer des tâches dont l’intérêt reste flou ne manque pas à beaucoup.

Songez que cette prise de conscience aura des répercutions certaines sur la manière d’appréhender le travail, l’implication même de chaque employé qui recherchait la satisfaction de son supérieur pour s’assurer une rémunération correcte. Demain, la façon de gagner sa vie va elle aussi évoluer. C’est ici aussi le sens d’Uranus en Taureau.

Mais où est passé le bonheur ?

Nous courons après le bonheur mais n’avons aucune idée de son visage. Trop souvent, nous le croyons matériel. Erreur. Pire, nous constatons aujourd’hui que nous hypothéquons même la capacité de nos enfants à trouver leur place sur une planète à présent ravagée par notre cupidité. Alors, je vous le demande, où donc est passé le bonheur ? 

Nous entendons parler tous les jours de croissance, de PIB (Produit Intérieur Brut). Mais jamais nous n’évaluons le PIB signifiant le Produit Intérieur du Bonheur. Je vous l’accorde, il ne peut être coté en bourse.

Alors, les peuples se tournent vers les institutions en place et les interrogent. Mais il n’y a pas de réponse à leurs demandes parce que le système actuel qui a été tissé durant des décennies ne peut se défaire d’un coup de baguette magique. Alors, Pluton en Capricorne atomise petit à petit les fondations, tandis que Saturne tentait en vain de maintenir l’ensemble pendant qu’il transitait dans le Capricorne lui aussi. L’image n’est pas difficile à comprendre : en quelques secondes un immeuble entier peut être détruit, en plaçant judicieusement les explosifs. Il faut des mois pour le construire.

Dès le 22 mars, Saturne franchit le seuil du signe du Verseau, laissant le soin à son camarade de continuer son travail, devenu nécessaire. Il s’en va préparer l’avenir en Verseau. Il sera alors en relation difficile avec son collègue Uranus, l’autre Maître du Verseau. Ensemble, ils vont s’accorder, pour vous montrer ce qui doit être abandonné au profit d’un nouveau monde à construire. Et le carré qui va les relier parle de partage et d’universalité.

Effondrement du système financier

Vous l’aurez compris, notre système est fondé sur les échanges entre les pays. Ce système basé sur la monnaie qui donne une valeur à toute chose, permet jusqu’à ce jour la circulation des marchandises. Sur le fond, l’idée est bonne et nous a permis de nous procurer des biens sans avoir à faire du troc direct. Mais ce système est aujourd’hui perverti. 

Désormais, toute chose, et même tout être vivant, a une valeur pécuniaire. Dernièrement, des scientifiques se sont « amusés » à évaluer la valeur du travail effectué par un éléphant, par une abeille… Des entreprises se sont approprié le vivant retirant même le droit pour un paysan de replanter ses propres graines. A quand le moment où nous achèterons pour insémination un embryon réalisé en laboratoire avec interdiction de procréer nous-mêmes ? 

Le système financier est allé si loin qu’il se base aujourd’hui sur des aberrations qui ne peuvent avoir leur place dans ce nouveau monde. Les bourses proposent des valeurs papiers qui se fondent sur des suppositions, des supputations. Bref, des illusions (Neptune). Alors, Uranus en Taureau a décidé de revoir le système afin que les valeurs ne reflètent que la réalité pour le plus grand bien de la planète, du vivant et de l’humanité. 

En cela, le demi-carré Uranus à Neptune agit aussi en profondeur. Par chance, Uranus est la planète du renouveau. Elle nous permet d’entrevoir la possibilité de création d’un nouveau système, qui pourra voir le jour avec la mise en place de nouvelles institutions. Cela ne se fera pas en une journée, mais cela se fera. 

Le virus nous oblige à ouvrir les yeux

Le coronavirus est une catastrophe mondiale. Beaucoup de personnes vont décéder et nous attendons avec impatience le moment où nous pourrons tous sortir à nouveau dans la rue. Ce jour-là sera le jour de délivrance, et nous serons heureux de pouvoir nous étreindre sans risquer de mettre l’autre ou soi-même en danger. 

La vitesse à laquelle il s’est propagé nous a fait prendre conscience que les frontières n’existent pas. Les distances parcourues en avion, en bateau en si peu de temps nous mettent tous en communication permanente sans distinction. Nous avons ainsi introduit des espèces animales sur des territoires où elles ont mis en péril les espèces endémiques. Aujourd’hui, l’espèce endémique en danger est l’homme. 

Au-delà de ça, nous réalisons à quel point nous sommes tous devenus dépendants les uns des autres, l’un pouvant être aux antipodes de l’autre. Jadis, pour nous nourrir, nous soigner, il suffisait de nous rendre au village, ou dans notre jardin. A présent, il faut attendre qu’un avion, un bateau, un camion apporte une partie qui ajoutée à une autre partie pourra, en les assemblant, créer ce dont nous avons besoin. Nous avons totalement perdu notre autonomie. A l’échelle planétaire, nous avons créé l’interdépendance. Pour fabriquer un simple médicament, le principe actif doit venir de Chine.

Pour analyser la situation, je m’appuie sur le demi-carré entre Uranus et Neptune. Il se situe entre le signe du Poissons, dernier signe du zodiaque et le Taureau, second signe du zodiaque. En cela, cet aspect franchit le saut quantique, invitant donc à un changement radical de paradigme. Voilà pourquoi ce que nous vivons actuellement est particulièrement fort et qu’un retour en arrière est impossible. 

Restons confinés et écoutons-nous

En attendant, il est important de rester confinés et c’est là une occasion unique, offerte, de se retrouver avec soi-même : Lune Neptune en Poissons. Si vous prenez le temps de lire en vous, vous conviendrez que nombreuses sont les personnes qui se sont perdues de vue ; je ne parle pas d’un voisin, d’un membre de la famille ou d’un ami, je parle de vous. Combien de temps passez-vous par jour pour vous centrer sur vous-même, vous interroger sur votre vie, votre bien-être, le sens de votre vie, votre bonheur et ce que vous réalisez sur cette Terre … vous écouter ? La vie trépidante qui est devenue la norme nous laisse peu de temps, je vous le concède.

Mais nous avons aujourd’hui la chance de disposer d’un temps qui nous faisait défaut. Nous le cherchions en vain sur les rayons de magasins. Nous lui courrions après et il s’obstinait à ne pas vouloir se laisser rattraper. Aujourd’hui nous avons le temps ! 

Prenons ce temps pour nous

Cette conjonction Lune Neptune en Poissons vous fait de belles propositions : écouter votre ressenti, vivre vos émotions et en prendre conscience, quelles qu’elles soient afin de les transmuter ; vous relier à votre famille, à ceux qui vous sont proches, qui ont de l’importance pour vous ; retrouver le lien familial, amical et les raisons qui vous ont amené à le tisser… mais peut-être aussi comprendre que votre façon de vivre est devenue une illusion que vous ne vouliez pas voir ; admettre que vous n’en pouviez plus de taire vos ressentis, vos émotions, de peur de blesser en faisant le choix de vous nier vous-même ; réaliser que vous vous étiez réfugié dans des addictions, juste pour vous voiler votre propre réalité…

Vous voyez, les choix sont nombreux et quel que soit le vôtre, vous avez aujourd’hui le temps, le droit, la possibilité de le changer, de prendre les bonnes décisions, celles qui viendront du fond de vous. La conjonction Neptune Lune en Poissons peut se décliner encore et encore, mais je pense que vous en avez compris le sens. 

Parce que cette pause vous est offerte et vous laisse l’opportunité de regarder en profondeur ce qui selon vous ne va pas, ou ce qui ne va plus, dans votre vie. Pour cela, le silence (Neptune) est nécessaire pour interroger votre Âme (Lune). Ne craignez pas d’écouter le silence de votre cœur, il vous parle dès lors que vous lui accordez votre attention. 

Nouvelle Lune avant les mesures de confinement

Une lunaison dure environ 29 jours. Les mesures de confinement qui ont été prises par le gouvernement l’ont été sous la Nouvelle Lune qui a eu lieu le 23 février dernier. La Lune se trouve à nouveau en Poissons, en compagnie du Soleil, Mercure, et Neptune, planète lente qui n’a pas bougé ou si peu. 

Chaque mois, la Lune rencontre le Soleil pour de nouvelles noces. Ils partent ensemble dans une nouvelle ambiance, pour une nouvelle aventure. Cette aventure commence en présence de la pandémie et de Mercure. C’est encourageant car nous trouvons ici le personnel soignant à l’hôpital, prenant soin des malades. Mais son aspect à Pluton nous montre à quel point il est à son tour en danger. 

Quel message pouvons-nous comprendre dans cet épisode ? Il est des personnes qui vont se relier afin d’œuvrer ensemble, par le cœur pour le bien de l’humanité. 

Mais il est aussi d’autres personnes qui ne résisteront pas à l’envie de sortir, de hurler, de craquer. Pour certaines, ce sera l’idée de devoir supporter de rester enfermées dans un même lieu avec elles-mêmes. D’autres, c’est avec les membres de leur famille, et je pense notamment aux jeunes enfants turbulents. Nous voyons ici la conjonction Mercure Neptune : le personnel soignant à l’hôpital, à un certain niveau. Lorsque nous tombons dans la densité dans son interprétation, c’est le brouillard dans la tête. S’il est allié à Uranus qui guette en embuscade, il peut se matérialiser par la crise de folie. Malheureusement, l’ensemble des planètes est enserré dans un étau dont les deux fers sont Uranus et Mars, les deux planètes de la violence. 

Et si c’était le début de quelque chose ?

Il ne tient qu’à nous, de nous contrôler, de prendre conscience de la chance que nous avons. Nous pouvons utiliser cette formidable énergie qui nous est offerte. C’est le moment de nous éveiller et aller vers ce grand élan de solidarité. Nous pouvons partager l’avenir et nous soutenir les uns les autres. Car ces deux planètes nous proposent justement un redémarrage vers quelque chose de nouveau. Le point de départ d’une nouvelle aventure. 

Source de l’image symbolique :
Les 360 degrés du Zodiaque symbolisés par l’image et par la Cabbale” de Janduz : Editions La Bussière

10 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

    • Roberta Villa sur 22 mars 2020 à 22 h 44
    • Répondre

    Merci Catherine pour ton analyse. Toujours aussi brillante. BRAVO

    1. Merci Rea ! Bisous bisous et reste à l’abri !

  1. Quelle richesse tu nous offres….MERCI Catherine
    Prenons SOI N de La Vie…en conscience…vraiment !
    Un bisou, Cathy

    1. Merci Cathy 😊
      Bisous

  2. merci a vous Cathy de nous apporter ces elements qui nous eclairent et surtout les changements de comportements vont surement etre différents et surement plus dans la solidarité dans ces moments difficiles !!

    bien a vous

    fabienne

    1. Bonjour Fabienne
      Oui notre avenir sera différent de ce que nous avons connu ces dernières décennies. Ça se fera malheureusement dans la douleur pour certains. Accueillons avec le cœur et en confiance et ouvrons les bras …
      bien à vous
      Catherine

    • michele Jandrain sur 23 mars 2020 à 20 h 38
    • Répondre

    Comme trop souvent, j’ étais en panne d’ internet, monsieur Orange ne répondant pas à mes appels!
    je viens seulement de prendre ton interprétation…oh combien fouillée, juste…Georges peut être fier de son élève !!
    Merci, Catherine. bon chemin. Bises. Bises

    1. Merci Beaucoup Michele !
      Dis moi dès que Mr Orange te reconnecte !
      Bisous et reste à l’abri

    • Laurence sur 26 mars 2020 à 18 h 51
    • Répondre

    Bonjour Cathy!
    Cela fait longtemps….Je tenais à te féliciter pour tes analyses.Tu as bien fait de suivre ton ressenti c ‘est une vraie réussite.J’ai toujours plaisir à lire tes textes et celui ci plus particulièrement.Je prends enfin le temps de te le dire.J ‘espère que tu vas bien.De mon cote tout va très bien .gros bisous.Laulaue

    1. Bonsoir Laulaue
      Quel plaisir de te lire ! Et merci de ton retour si encourageant ! C’est vrai je suis particulièrement heureuse de me sentir sur ma voie. Je l’ai choisie ou est-ce l’inverse ?!
      Ravie de savoir que tu vas bien. Promis, on se retrouve dès que tout cela rentre dans l’ordre. On reprendra notre conversation là où on l’a laissée !
      Prends soin de toi et de ceux qui te sont chers.
      Gros bisous 😘

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.