L’économie chahutée

Uranus en Taureau
Nous traversons des moments difficiles et voyons notre modèle économique défaillir. Pourtant, les rouages semblaient bien huilés ou à peu près jusqu'à présent. Nous avons établi un modèle social basé sur la redistribution, et conditionné par la consommation. Aujourd'hui, ces deux mamelles semblent en grande difficulté. 

Que s’est-il passé en 2020 ?

L’année 2020 a vraiment été une année étrange. Nous avons été confrontés à des situations que nous n’avions jamais imaginées. Cela relevait de la science fiction. Et pourtant.

Uranus est entré dans le signe du Taureau en 2018. Depuis, il œuvre afin de nous interpeller sur ce qui est grippé dans notre modèle économico-social, basé sur la répartition, et la consommation.

Le COVID et ses conséquences nous ont obligés à regarder de plus près ce qui ne fonctionnait plus. Nous réalisons notre perte d’autonomie, dans beaucoup de domaines : technologiques, sanitaires et même alimentaires.  Soucieux de notre environnement, nous avions commencé à prendre en compte l’impact écologique de nos déchets et avions adopté des comportements nouveaux afin d’en réduire progressivement le volume.

Les mesures sanitaires nous ont faits oublier ces résolutions : masques et gants jetables, gel contenus dans des flacons en plastique… L’impact de la période que nous traversons marquera la planète sur plusieurs siècles.

Mais l’effet d’Uranus s’est surtout fait sentir, dans un premier temps, sur l’économie mondiale et n’épargne aucun pays. Les périodes de confinement ont précipité les gens dans les rayons de supermarché, en quête du moindre produit qui risquerait un jour de manquer. Nous nous apercevons que notre dépendance n’est pas que nationale, mais aussi individuelle.

Les planètes du social

Jupiter et Saturne gèrent notre côté social. Les lois et le respect de celles-ci, les institutions, les structures, les règles établies, etc.

Elles ont séjourné en Capricorne l’an dernier, toutes deux en compagnie de Pluton. Elles ont donné aux institutions la capacité de légiférer afin d’ordonnancer le modèle social qui, visiblement, allait à vaux l’eau. En cela, le virus est tombé à pic pour justifier des prises de décisions que nous n’aurions sans doute pas accepté en d’autres temps.

Le 17 décembre pour Saturne et deux jours plus tard pour Jupiter, le Verseau a accueilli les bras ouverts ces deux planètes devenues complices. Songeons qu’au Moyen âge, elles étaient nommées respectivement le grand maléfique et le grand bénéfique.

Jupiter et Saturne en Verseau peuvent agir de manière inattendue. Lorsque le chaud et le froid sont attisés par l’air du changement, de la liberté, tout est possible. Elles peuvent notamment nous proposer une “révolution sociale”. Il n’est nulle question ici de barricades ou d’affrontements, mais plutôt d’une révolution comportementale. En effet, le Verseau chérit sa liberté et ne souffre pas facilement de la soumission, d’où qu’elle vienne et quel qu’en soit le prétexte. Il aime prendre son envol, les rênes de sa vie, voire il ne se soucie que peu des règles établies dès lors qu’il les estime liberticides.

Il veut expérimenter les siennes, et pose ses limites et ses lois. Mais dans quel sens et comment agir ? Le danger sera de déterminer les limites à partir desquelles la situation ne sera plus acceptable, du côté de ceux qui font les lois, et de ceux qui les subissent. Dès lors, face à des limites inacceptables, la révolte pourrait sérieusement gronder.

Uranus en observateur

Pourtant, en observant de plus près, nous apercevons qu’Uranus est en carré avec Jupiter et Saturne en Verseau, signe dont il a lui même la gestion. Il a donc toute latitude pour intervenir. Mais de quelle manière ?

Il se trouve dans le signe du Taureau, la nourriture, les biens, les avoirs. En un mot, ce qui touche à l’économie. Nous pouvons donc entrevoir deux éventualités sur le plan social et économique :

  • La déstabilisation profonde du tissu social par l’effondrement économique. La fermeture des entreprises, entrainant des pertes d’emplois en masse ; l’impossibilité de travailler pour les indépendants, face à des mesures trop strictes pour être respectées. Tout cela ruinera le peuple qui se trouvera alors dans un état de dépendance en contradiction avec le désir de liberté du Verseau. La rébellion ne sera pas loin et les institutions pourront au besoin utiliser la force pour calmer les esprits échauffés. N’oublions pas que le Verseau est un signe guerrier ;
  • Uranus en Taureau nous propose de revoir, refondre et renouveler notre façon de consommer, échanger, partager. Rappelons-nous quelques décennies en arrière. Jadis, nous allions chercher les œufs et le lait à la ferme, cultivions dans notre potager des légumes, des fruits et échangions avec notre voisin qui cultivait d’autres variétés. Nous n’avions nul besoin de technologies sans cesse renouvelées et plus puissantes pour un service identique. Nous ne jetions pas mais réparions, recyclions, etc. Il ne s’agit pas de rejeter toute forme de progrès, mais d’user de notre discernement pour n’en garder que l’utile.

Notre modèle social dépend du modèle économique

Notre modèle social est basé sur un modèle économique consumériste. La “croissance” est la seule solution de maintient de ce modèle. Sans elle, tout s’écroule. Pourtant, si nous regardons notre chère planète Terre, elle a gardé depuis l’origine le même tour de taille.

Uranus n’est pas une planète tendre. Dans le signe du Taureau, il œuvre et nous ne pouvons qu’observer le résultat : l’économie s’effondre, notre alimentation est plus industrielle que naturelle. L’année 2020 a fait face en France à une récession équivalente à l’après guerre. Rien ne va plus.

Alors entendons le message optimiste de cette planète : il faut observer et se séparer de ce qui ne fonctionne plus. Envisager une nouvelle façon de consommer, où l’utile remplacera le superflus, et le local retrouvera sa noblesse, en accord avec notre environnement. Prenons conscience de notre pouvoir de décision. Car les profits si souvent reprochés aux grands groupes ne sont réalisés qu’en raison d’un comportement consumériste : nous sommes la ressource même de ce système. De citoyens, nous sommes désormais des consommateurs.

Nous avons le pouvoir de changer… ou pas.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

6 réflexions sur “L’économie chahutée”

    1. Catherine LE GALL

      Merci Sandra ! L’important est de faire passer le message le plus clairement possible, sans induire d’obligation à l’issue, juste une meilleure compréhension de ce que nous traversons. Ce n’est pas toujours chose aisée car parfois je me laisse emporter !!

  1. Waaahhhoooouuuu..clarification et clarté…le message de la RESPONSABILITE INDIVIDUELLE est clair.
    Merci beaucoup pour ta perception o combien argumentée et ton partage.

    1. Catherine LE GALL

      Merci Cathy ! Les mots ont un impact dans la prise de conscience… les espaces entre les lignes aussi ! Je l’espère !
      A bientôt,

  2. michele jandrain

    Bonne analyse, chère Catherine. Notre façon de vivre et de consommer est , en effet, à revoir.
    petit à petit, nous y arriverons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.